dimanche 29 août 2010

Laurent Fignon

Selon les dernières nouvelles le deuxième poumon de Laurent Fignon serait lui aussi atteint par un cancer (annonce d'un cancer des voies respiratoires en juin 2009). Je suis triste, car j'aimais bien celui-ci. Un grand coureur cycliste, intelligent et doué (Gagne son premier tour à 23 ans seulement). Il m'aura fait vibrer sur 3 Tour de France alors que j'étais jeune coureur cycliste (Fignon ayant remporté le 1983 et 1984). Personne ne peut oublier sa défaite par 8 secondes (1989) contre Greg Lemond lors de la dernière étape (un CLM à l'époque plutôt que la traditionnelle arrivée pour les sprinters sur les Champs Elysées).  C'étais l'époque des grands Tour de France, où le gagnant avait du panache. Pas une guerre de calcul mathématique, de calcul de wattage, de calories dépensées, etc...

Lorsqu'il était en forme (1983, 1984, 1989), Fignon était un grand coureur, un très coureur. Sa blessure au talon d'achille en 1985 et la mort de l'un de ses amis proche, l'on privé de plusieurs autres victoires.

Cette époque, me ramène à la mémoire Stephane Darnault du cinquième secondaire qui trippait fort sur lui (Un français lui aussi, mais qui montait un Benotto). Une superbe année de cyclisme avec Eric Forest, Charles Baumier. Nous lisions les revues de cyclisme avec les coins cornus tellement nous avions tourné les pages. Nous écoutions religieusement Phil à la télé. Nous partions en vélo vers Granby sans chambre à air de secours. Forest avec acheté les roues de Luc Phaneuf, le méga athlète de l'époque qui se spécialisait en triathlon ce qui était rare à l'époque. Nous étions au début des années 80's. Les grandes années de Dave Scott. Pour ma part je roulais sur mon premier Wilier Triestina. Ma première grande bécane. 

L'époque de mes premiers Mardi Cycliste. Où Claude Cyr, Marc Rostenne, Robert Trépannier, Yannick Cojan (6 fois gagnants) s'illustraient.

Nostalgie!

Inscription via courriel (email)

Entrez votre courriel:
Delivered by FeedBurner