lundi 12 avril 2010

De Kossé je vas faire!!!!

Salut les Z'amis!!! Ouais je vous ai abandonné.... J'avais besoin d'un break informatique. Mon deuxième en 20 ans. J'ai carrément mis mon ordinateur de côté. Faire le point... "De Kossé je vas faire". Un scan jeudi dernier qui a révélé que j'avais encore des foutus chiboukis dans le corps, m'a chambardé. J'allais physiquement bien, trop bien. Encore une fois une claque sur la gueule, qui remet les choses en perspectives. Rien de grave, mais simplement pour rappeler que je ne suis pas infaillible et que je devrais commencer à écouter mon corps plus attentivement (Je demeure un gars, et un gars par essence c'est un peu épais. Un gars c'est full hormones, et ça pisse plus loin que le voisin!!!)

Et pourtant ... hier en vélo contre mon ami le vent j'ai gagné. Il n'a pas réussi à m'atteindre. Je suis plus fort que lui. Lorsque la rage me rentre dedans.... Si j avais eu cette rage plutôt dans ma vie probablement j'aurais eu la carrière sportive que j'envisageais plus jeune. Mais cette rage aujourd'hui se transforme au-delà de l'effort sportif. Depuis 4 ans, je n'avais pas vraiment de rêve comme j'en avais jadis, des rêves que j'empressais de réaliser... pour en avoir d'autres.

Et pourtant ...pourtant... Quelques fois, reviens à la surface ce vieux rêve de me ballader en Turquie, rêve que j ai du mettre sur la glace en raison de mes problèmes du passé (séparation, cancer, etc..) . Visiter le patrimoine turc qui tire à sa fin puisque situé près d'une faille comme celle de San Andreas en Californie....

Je rêve de la Norvège... Des aurores boréales. Du fameux Bike Path. Depuis mon adolescence tjrs eu un béguin pour le drapeau norvégien. Tire moi une bûche pourquoi???

Pantagonie, Mongolie... Revoir l'Afrique et mes amis.

Et pourtant.... Il n'en tient qu'a moi bazouelle. Mais cette rage va au-delà de l'aventure et du voyage. Elle se répercute au quotidien. L'anodin devient de plus en plus extraordinaire.

Et pourtant... lorsque je suis ici et que je joue au Hockey dans la ruelle avec mes enfants ou la gang Basque ou Landry-Deret. Quand je fais du ski avec CarnetàCarreaux. Quand mon cousin Nicolas est dans les parages et Louis fait des grosses ribs sur BBQ. Quand ABF se met une perruque pour me faire rire. Quand Juju se met à rire et que j'en perd mes jambes. Quand ChristianV arrive chez moi avec sa douce folie. Quand StephL me dit on monte a Rawdon en vélo se péter les jambes et voir mes parents. Quand ma fille me conte ses histoires et que je vois dans ses yeux la joie de vivre. Ecouter de la musique et se laisser gagner par l'émotion. Un film, une grosse couverte, avec ou sans popcorn, être collé ....

Finalement, depuis quelques temps mon bonheur est plus simple. J'élimine de plus en plus de mon esprit les bébittes de mon enfance. Le pourquoi du comment s'estompe. Et c'est peut-être pour cela que les idées de grandeurs sont moins présentes. Je reste intense, c'est ma sève. Mais cette intensité que j'écoutais sans me poser de question.... Je vie encore selon mes émotions, mais j'y apporte de plus en plus de modération. Faut croire que le temps fait bon usage de moi.

Merci à mon vélo qui me permet de chanter comme un défoncé sans que personne ne me juge. Et qui permet, surtout, de gérer ma sérotonine!1! Hé Hé. Et pourtant ... J'ai été infidèle à mes vélos. Je regrette mon vieux Marinoni, mais le gentil Monsieur qui l'a acheté doit en prendre soin. Même chose pour mes Wilier, mes Trek, mon GaryFisher, mon GT, ...

Aller bonne semaine comme dirait l'autre avec ses grosses lunettes noir.

Inscription via courriel (email)

Entrez votre courriel:
Delivered by FeedBurner