lundi 12 décembre 2011

Steve Jobs par Walter Isaacson

À l’origine, la date de sortie de cette biographie était prévue pour le printemps 2012. Finalement, suite aux aléas de santé de Steve Jobs, le livre est sorti à la fin octobre.  Livre que je me suis empressé d'acheté.

L’ouvrage, devait d'abord s'intitulé « iSteve : le Livre de Jobs » et fut renommé simplement « Steve Jobs ». Il s'agit du seul livre à avoir reçu l’autorisation du fondateur d’Apple (D'ailleurs, c'est Jobs lui-même qui a contacté Walter Isaacson). Durant deux ans l’ancien PDG d’Apple s’est confié à l’auteur Walter Isaacson et lui a permis de parler à ses plus proches amis.

Un livre construit par thème (Chaque chapitre approche un élément important dans la vie de Jobs, Apple, NeXt ou Pixar).  Le livre est la résultante d'une quarante d'entretiens basés sur les expériences professionnelles de Steve Jobs et une centaine d'entretiens avec des membres de sa famille, des amis, des adversaires, des concurrents et des collègues.

Bien que le début du livre relate souvent des faits de façons anachroniques (Puisque le livre est construit par thème comme mentionné plutôt), ce qui m'a emmerdé au début : Disons les 150 premières pages (Où Jobs n'est pas à son mieux. Parlant de son caractère exécrable, de ses crises répétitives, etc...).  Le tout se replace par la suite et devient de plus en plus intéressant.  Et c'est ce que j'attendais du livre.  Les 400 dernières pages étaient fascinantes et permettent de comprendre comment Jobs à bouleversé le monde de l'informatique, des films d'animation, de la musique (tellement important ce bout!) , de la téléphonie et de l'édition numérique.  Un récit captivant sur l'innovation et le leadership.

Le livre regorge de bijoux :

- P.337: "People who know what they're talking about don't need PowerPoint." .... Hum que j'aime celle -ci...

- P.345 : "Almost every day when Jobs was healthy and in the office, he would have lunch with Ive and then wander by the studio in the afternoon. As he entered, he could survey the tables and see the products in the pipeline, sense how they fit into Apple's strategy, and inspect with his fingertips the evolving design of each."

- Lorsqu'il revient chez Apple et qu'il ne comprend pas que le Newton soit équipé d'un stylet. Le bon dieu m'a donné dix doigts. Pas besoin d'un stylet.

etc... etc...

A lire, pour ceux qui aime le personnage. Pour ceux qui adore la simplicité Apple. Pour ma part du grand bonheur. : Keep Looking Don't Settle.

TR/

Inscription via courriel (email)

Entrez votre courriel:
Delivered by FeedBurner