samedi 27 février 2010

Niaiseries du vendredi - GrumpyJPL is back

Après une absence de plusieurs semaines, notre pusher de niaiseries est de retour. Il est certain que GrumpyJPL est un gars occuppé, 3 enfants, un voyage au Mexique et une blessure au hockey lors d'un mémorable retour.

Sans tarder :

Trois personnes sont convoquées pour un entretien d'embauche au gouvernement .

Arrivés au test d'anglais, le recruteur leur dit :
"Faites une phrase avec les 3 mots suivants:green, pink,yellow."

C'est d'abord l'Acadien qui se lance:
"I wake up in the morning, I eat a yellow banana, a green pepper and in the evening I watch the Pink Panther on TV".

C'est ensuite au tour du Franco-Ontarien :
"I wake up in the morning, I see the yellow sun, the green grass and I think to myself: I hope it will be a pink day".

Enfin, la Québécoise Pauline Marois s'avance et dit:

"I wake up in da morning, I hear da phone: green..green..green..Ipink up da phone and I say "Yellow"?"...

-----------------------
Vous aimez voyager en avion?

Lisez ceci....


Les passagers d'un vol sont assis à leur place et attendent le décollage...

Bientôt, deux hommes entrent dans l'avion, en uniforme de pilote.

Ils portent des lunettes noires. L'un d'eux est accompagné d'un chien pour aveugle et l'autre tâte son chemin à l'aide d'une canne blanche.

Ils avancent dans l'allée, entrent dans la cabine de pilotage et referment la porte.

Plusieurs passagers rient nerveusement et tous se regardent avec une expression allant de la surprise à la peur ou au scepticisme, certains cherchent les caméras cachées.

Quelques instants plus tard, les moteurs de l'avion s'allument et l'avion prend de la vitesse sur la piste.

Il va de plus en plus vite et ne semble jamais devoir décoller.

Les passagers regardent par les hublots et réalisent que l'avion se dirige tout droit vers le lac qui se trouve en bout de piste.

L'avion roule maintenant très vite sur la piste et plusieurs voyageurs réalisent qu'ils ne décolleront jamais et qu'ils vont tous plonger dans le lac.

Les cris des passagers apeurés remplissent alors l'avion, mais à ce moment, l'avion décolle tout doucement, sans problème.

Les passagers se remettent alors de leurs émotions, rient, se sentant stupides d'avoir été roulés par cette mauvaise plaisanterie.
Quelques minutes plus tard, l'incident est oublié.

Dans la cabine de pilotage, le pilote tâte le tableau de bord, trouve le bouton du pilote automatique et le met en fonction.

Il dit ensuite au copilote :
- Tu sais ce qui me fait peur ?
- Non, répond l'autre.
- Un de ces jours, ils vont crier trop tard et on va tous mourir...

--------------------------

Un noir et sa femme sont invités à un 'party' de déguisement.
> > Il lui demande d'aller acheter les déguisements.
A son retour du travail il trouve sur le lit un déguisement de Superman.
"Quossé ça?", lui crie-t-il.
"Quand as-tu déjà vu un Superman noir?
T'as rien trouvé de mieux que ça?"

Son épouse, pas très contente, retourne au magasin le lendemain et le change pour un de Batman.
Le mari réagit de la même façon, en lui criant: "Quoi?
Mais où donc as-tu la tête?
Un Batman noir, ça n'existe pas. Réfléchis un peu avant de faire les choses"

Le lendemain, il trouve les objets suivants sur son lit: trois boutons blancs, un ruban blanc, et un morceau de bois de 2¨carré x 8¨ de long.
Voyant cela, le mari s'exclame: "Veux-tu bien me dire quossé ça?"

Et sa femme de lui répondre: "Écoute, mon tabarnak; tu as trois choix:
1) Tu te déshabilles, tu colles les boutons sur ton corps, et tu te déguises en domino;
2) Si ça ne fait pas ton affaire, alors tu enlèves les boutons, tu t'attaches le ruban autour de la taille et tu te déguises en biscuit Oréo;
3) Si ça non plus tu n'aimes pas, alors mets-toi le morceau de bois dans le cul, et vas-y déguisé en fudge."
---------------------------------

Aux perles linguistiques de nos étudiants et de nos assureurs, s'ajoutent maintenant celles de nos policiers...Bonne lecture...


Le français, une langue imagée!


Extraits de rapports de police publiés dans une revue annuelle des policiers de la Sûreté du Québec.

1. Il lui bottait le derrière à tour de bras.

2. Il était cloué sur son lit d'hôpital par deux coups de couteau au bras.

3. L'homme était assez lucide pour constater qu'il n'avait plus toute sa lucidité.

4. Le motif du vol était le meurtre.

5. Il rédigea lui-même par écrit son témoignage oral.

6. Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes.

7. Bien que nous étions 5 à encercler l'homme, celui-ci réussit à s'enfuir sans difficulté.

8. Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le devant.

9. Le récidiviste n'avait jamais rien eu à se reprocher.

10. Le mur avançait à grand pas vers le véhicule.

11. La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

12. La femme essayait de cacher son identité derrière ses larmes.

13. Les recherches ont permis de retrouver rapidement les 5 cadavres des 2
disparus.

14. Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile
d'y obéir.

15. Soudain, la voiture recula pour mieux avancer.

16. Le pendu est mort noyé.

17. Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.

18. Arrêté par les enquêteurs, le voleur les a menacés d'appeler la police..

19. Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un
avec l'autre exactement le même jour.

20. Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus
et signa le formulaire d'une croix.

21. Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait surement
jamais eu lieu.

22. L'homme qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas
s'entendre très bien avec elle.

23. Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater.

24.. Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâcher,
faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications.

25. C'est la pluie qui empêcha le policier de s'apercevoir qu'il neigeait.

26. L'homme nous raconta toute la vérité qui n'était en fait qu'un tissu de
mensonges.

27. Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisager avec
ses propres yeux.

28. Maitrisé par nos soins, l'homme s'est enfui à toutes jambes, malgré sa
jambe artificielle qui s'était décrochée.

29. Les neufs coups de couteau sur le cou et le visage de la victime
laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle.

30. L'homme n'accepta de signer la déposition que du bout des lèvres.

31.. La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière.

32. Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les
oreilles.

33. Le défunt a formellement reconnu son agresseur..

34. La mer était sa terre natale.

35. Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir
quand il sortit enfin de chez lui.

36. L'homme avait suffisamment gardé la tête froide pour ranger
soigneusement les morceaux de corps au congélateur.

37. Mort sur le coup, l'homme avait déjà été victime d'un accident
identique l'an dernier.

38. Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la
rivière.

39. La victime, blessée à une jambe, est venue jusqu'à l'auto patrouille en
copulant sur une jambe.

40. Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile
d'aliénés, il a été conduit au poste de police.

Inscription via courriel (email)

Entrez votre courriel:
Delivered by FeedBurner