mardi 14 avril 2015

L'idole d'une génération.... Jean-François Blais ... l'histoire d'un cycliste

Ce weekend je participais à la Rasputita Race, remporté chez les maitres par le sympathique Jean-François Blais.  Celui que je surnomme "L'idole d'une génération". Il va surement rire en lisant le tout.... mais ça demeure vrai.  A l'heure où toute une génération de trentenaire + décide de se remettre en forme via le cyclisme,  Jean-François trône depuis quelques années (et tout particulièrement l'an dernier) au sommet des routiers maitres cyclistes québecois de la même façon que GL Robert et Stéphane Le Beau.  Chaque époque à ses héros, il n y a pas si longtemps Eric Provost dominait la scène provinciale course après course. Il demeure dominant les "gros mollets", toutefois notre JF "Trek" Blais avec ses titres nationaux et provinciaux semblent vouloir faire les beaux jours des prochaines années.  Ensuite, il fera place, comme tous les autres avant lui à un nouveau héros. "Ainsi va la vie qui va, va" chantait notre Jean Leloup préféré.

Alors pourquoi parlé de JF Blais... Tout simplement que JF Blais est un modèle de persévérance et de combativité.  Un gars qui n'est pas cheap sur l'effort. Un bon grimpeur, pas nécessairement le meilleur rouleur et encore moins un bon sprinteur, mais qui est devenu un "pas pire" en clm.  En gros son succès vient parce que le gars a du coeur et qui pousse les foutus pédales.  Un passionné acharné.
Je connais Jean-Francois depuis assez longtemps pour l'avoir vu franchir plusieurs étapes dans sa vie perso et cycliste.  Et je dirais qu'au niveau cycliste, il y a eu deux périodes : L'avant et l'après Michel Détry (A l'époque de l'équipe Cycles Régis).  Je ne sais pas si Jean-Francois sera d'accord, mais c'est la façon dont je vois les choses.  Michel lui a transmis (j'imagine, soit verbal ou soit par l'exemple) sa façon de faire : Fout toi dans le rouge et vas-y pour la gagne, si tu souffres les autres autour de toi souffre.  Vaut mieux avoir tenter le coup que rien du tout.  Essai une fois, si ça fonctionne pas, réessai une deuxième. Je me souviens, à Longueuil dans un critérium, ou moi et l'autre Martin de l'équipe retenions le peloton au-devant, et que JF et Michel filait à vive allure... ramenant pratiquement le peloton par derrière.  Et depuis cette belle époque, à chaque année JF est meilleur en meilleur (il serait un peu racolleur de dire qu'il est comme le bon vin. Ça fait phrase deja toute faite.)

Une chose, est certaine .... Jean-François tu es une véritable inspiration pour nous tous.  Je suis content de te connaître. Peut-être que pour toi c'était anodin, mais ce que tu m'as dit avant la 100 à Bessette l'automne dernier m'a fait du bien et m'a rassuré.  En fait ça devrait pas me surprendre, car avant tout tu es un gars de coeur, un gars d'équipe et sincère.  Continue de nos faire rêver en réalisant les tiens.  On a tous rêvé de lever les bras au ciel sur une ligne blanche.  Mais le plus important demeure la passion que tu véhicules.  C'est peut être là ta véritable victoire, d'avoir réussi à transmettre aux autres ta passion.



P.S : Evidemment, j'ai cotoyé d'autres méchantes bébittes du cyclisme québecois :

Des talentueux :  Didier Cojan, Gianni Vignaduzzi, Martin Rooseboom, Daniel Blanche,  Régis Picoux, Nick Tosques, Jose Jorge et le talentueux par excellence Stéphane Le Beau

Les machines, les pas "tuables" : Eric Provost, Alexandre Boiteau,  Marc Côté,  Stéphane Dodier,  Paolo Saldanha

Et les travaillants, ceux qui font le métier : Michel Détry, Yannick Cojan,  Michel Brazeau,  et l'ultime exemple de rigueur qui défi les années  Gérard-Louis Robert.


Sans oublier, le plus gros et le plus beau groupe de fans de vélos :  Les Rocklands.  Vous avez fait de mes dimanches, des journées inoubliables.  Merci à la vieille garde Bob, Jordi, Marcel, Normand, Tom, Pierre B, Michel Désilets,  Georges,  Pierre, Daniel, ....  tjrs un plaisir de vous retrouvez.

Inscription via courriel (email)

Entrez votre courriel:
Delivered by FeedBurner